Comment demander une augmentation de salaire

Temps de lecture : 7 mn

Ecouter le podcast de Bientot-parfaite sur Itunes
Ecouter le podcast de Bientot-parfaite sur Spotify
Ecouter le podcast de Bientot-parfaite sur Google Play

Des années que vous faites la même chose, et vous n’avez jamais bénéficié d’augmentation de salaire. Difficile quand tout le monde autour de vous évolue professionnellement. Remédions à ce problème!
 

Déjà, une augmentation de salaire serait-elle légitime?

Commençons par faire le point sur votre situation actuelle.


 

Mon salaire actuel mérite-t-il une augmentation?

 

Il est important que vous évaluiez objectivement si oui ou non une augmentation se justifie.

Pour répondre à cette question, il va falloir que vous preniez en considération plusieurs facteurs:

  • Votre ancienneté dans l’entreprise : si vous êtes arrivée depuis moins de 2 ans dans l’entreprise, évitez de déjà demander une augmentation. Sauf si cela avait été convenu à l’origine, si vous avez une proposition concurrente, ou en cas de sur-performance.
  • Votre expérience sur la profession: votre expertise vaut de l’or. Si vous n’avez pas été à l’écoute du marché depuis un moment, vous pourriez être surprise par la plus-value que représente votre expérience aujourd’hui.
  • Les salaires de vos collègues : et oui, il va falloir vous renseigner! N’hésitez pas à leur poser la question pour voir si le salaire le même pour tous. Si ce n’est pas le cas, avez-vous tous la même charge de travail, la même implication, expérience, etc…
  • Le salaire moyen proposé pour le même poste à la concurrence:  Si vous avez évolué en interne et n’avez jamais postulé ailleurs pour le même type de poste, jetez un œil sur les offres d’emploi de la concurrence.
  • Vos performances / votre implication sur le poste. Est-il besoin de développer ici? Évidemment,  on ne demande pas une augmentation si on ne fait rien pour la mériter!
  • La nature des missions qui vous sont confiées: Si votre travail quotidien demande peu d’implication, de réflexion ou d’investissement, vous êtes peut-être sur un poste dont le salaire n’est pas voué à augmenter. A vous d’évaluer s’il mérite malgré tout une révision. Si vous avez volontairement choisi “une bonne planque”, soyez réaliste et juste dans vos exigences.
  • La convention collective, ou grille indiciaire. Vérifiez que votre salaire respecte bien les minimums prévus.




Une fois tous les éléments pris en compte, vous avez toutes les clés en main.

Si vous estimez donc que votre salaire est trop bas, vous êtes déjà armée des arguments que vous pourrez avancer à votre direction.
 

Comment demander une augmentation de salaire?

 

Avoir les arguments, c’est bien, mais encore faut-il avoir le courage d’aborder la question avec sa direction.

Quelques conseils pour parvenir à évoque librement ces sujets avec votre employeur.

Tout d’abord, dans votre attitude au quotidien

 

Il est important que vous ne vous comportiez pas comme si votre patron vous rendait service en vous employant.

La relation entreprise / salarié est une relation à 50-50. Chacune des deux parties a besoin l’une de l’autre. Gardez bien ça à l’esprit.

 

Ainsi, vous n’aurez pas à vous excuser de demander une révision de votre salaire si vous la jugez nécessaire.

 

Ensuite, évitez de rentrer dans le jeu d’un employeur un peu trop “bon pote” qui veut instaurer un climat “à la cool” dans la boîte.

Les startupeurs sont très friands de ces contextes “à la google” ou tout le monde est pote et vient bosser ici “parce que c’est sympa”.

C’est malheureusement souvent pour compenser des salaires bas, de faibles possibilités d’évolution, mais également pour pouvoir vous expliquer avec le sourire et une bonne tape dans le dos pourquoi on ne va pas vous augmenter, mais que ce qui compte, c’est que vous vous sentiez bien au travail 🙂

 

Par ailleurs, lorsque l’on vous fait un compliment sur votre travail, ne le minimisez pas. Évitez donc les “c’est normal”, “c’est mon job” et autres phrases de ce type.




Pour la demande en elle-même: la méthode du commercial en R+3

 

Lorsque finalement vous aurez établi votre bilan, faites votre demande de façon formelle …et stratégique.

 

Votre but ici est d’engager votre responsable avec vous dans un processus de révision de votre salaire.

 

Pour cela, plutôt que de vous précipiter, établissez un plan en 3 rendez-vous (R1, R2, R3). Ne cherchez jamais à obtenir une réponse dés le début.

 

R0 : la préparation du terrain

Le but ici est simplement et uniquement d’obtenir un R1.

Envoyez un mail ou un texto à votre responsable, lui demandant un rendez-vous pour un entretien individuel avec une date et une heure précises. Évitez les “on peut se voir quand tu as un moment”, même si vous vous entendez bien avec lui.

 

S’il vous demande l’objet de l’entretien, expliquez lui que c’est pour parler de votre poste.

Restez vague, hors de question de précipiter les choses. Si il insiste, dites lui simplement que vous préférez en parler posément en entretien privé.

 

Prenez bien le temps de préparer votre entretien. Les arguments, ses probables réponses, vos contre-arguments, vos témoignages, vos preuves écrites, etc…

 

Ne parlez pas à vos collègues de votre démarche. Ce serait le meilleur moyen de la saboter avant même qu’elle ne démarre…




R1 : le premier entretien

Une fois à l’entretien, venez armée de toutes les informations que vous aurez collectées auprès de vos collègues, avec des écrits si nécessaire.

 

Faites-lui part du bilan que vous avez établi, sans vous laisser interrompre.

Il est important qu’il ne parle qu’après que vous lui ayez exposé votre entière réflexion. Sinon, vous risqueriez de lui laisser l’opportunité de démonter vos arguments un par un. Cet entretien ne doit pas être un débat.

 

Le but ici n’est toujours pas d’obtenir une réponse (surtout pas) mais d’obtenir un R2… Patience, donc!

 

Ne posez surtout pas d’ultimatum à votre employeur en fin d’entretien, vous pourriez avoir de mauvaises surprises.

En revanche, vous pouvez terminer l’entretien par le constat que vous avez établi sur ce qu’il vous serait proposé ailleurs (si c’est à votre avantage bien sur). Sans sous-entendre que vous pourriez partir, pas de chantage!

Faites lui simplement comprendre que ce type de poste est normalement rémunéré tel salaire, vous avez regardé sur internet. Il comprendra de lui-même que vous avez commencé à être en veille sur le marché.

 

 

Enfin, ne laissez jamais une telle demande en suspens. Mettez vous d’accord à la fin de l’échange sur une date de second entretien pour la réponse. En gros, l’idée ici, c’est: “Voilà, je t’ai exposé mes arguments, je te laisse réfléchir, et on se revoit à telle date pour en reparler”.




Vous obligez ainsi votre employeur à considérer réellement votre demande, et à préparer des arguments valables en cas de refus.

 

R2 : le retour de votre responsable

 

De la même façon que le R1 était indispensable, assurez-vous que cet entretien soit formel.

Ne laissez donc pas à votre responsable l’opportunité de vous répondre en coup de vent “au fait, pour ta demande”.

La date et le format ont été définis en R1, il faut s’y tenir.

 

Lors de l’entretien, ne vous contentez pas d’une réponse négative. Laissez votre responsable parler, faites lui comprendre que vous avez besoin de justifications.

 

Ne vous laissez pas avoir par des contre-propositions, de type prime et autres avantages ponctuels ou minimes sont le long terme. Même si une prime peut vous paraitre intéressante sur le moment.




En cas de réponse positive, méfiez vous des augmentations sous condition.

“Ok, mais tu dois…”

Rappelez lui que vos arguments ont démontré que votre niveau de salaire n’était pas normal, et que par conséquent, son réajustement ne devrait pas être soumis à condition.

 

De même si votre employeur vous demande “d’attendre parce qu’une augmentation de tous les salaires est prévue bientôt”.

Votre réajustement doit survenir avant cette augmentation générale.

 

Enfin, assurez-vous que le montant soit significatif.

 

Dites vous que vous ne pourrez pas demander de nouvelle augmentation avant un moment. Donc négociez-en une correcte.

A minima, une augmentation digne de ce nom devrait représenter environ 10% de votre salaire en dessous de 30000€ de revenus.

Puis entre 5 et 7%, et ainsi dégressive pour des salaires plus élevés.




R3 : la signature de l’avenant

 

Les paroles s’envolent, les écrits restent. Assurez-vous de prévoir un RDV pour la signature d’un avenant.

Pas de “Ok, c’est bon, on va mettre ça en place”.

 

Vérifiez bien dans votre avenant que des termes ou misions n’aient pas été ajoutés sans votre accord. Et à l’inverse, que certains termes négociés ne soient pas manquants.

 

Clarifiez bien les dates de mise en place, et prenez garde qu’il n’y ait pas de conditions sous-jacente dans les mois suivants. Une diminution de votre prime annuelle par exemple. Vous n’avez pas demandée à être augmentée pour recevoir moins d’argent par ailleurs!

 

 

Une fois votre augmentation  de salaire obtenue

 

Votre augmentation était justifiée, vous l’avez demontré. Donc nul besoin de vous sentir redevable à outrance.

Ne laissez pas le champ à votre employeur de vous faire comprendre que vous lui en “devez une”.

 

Toutefois, ne lui faites pas regretter son geste en travaillant moins, ou moins bien.

 

Enfin, sachez être discrète: n’allez pas soulever un vent de révolte dans votre équipe. Sinon vous pourrez dire adieu à toute future négociation…




Pour aller plus loin, cet article de cadremploi vous donne quelques conseils sur le moment à choisir pour demander une augmentation, et l’attitude à adopter pendant l’entretien.

 

Et vous, comment vous y prendriez-vous pas demander une augmentation?

Vos réponses en commentaires!

Ceci vous a été utile? Pensez à le partager!

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on email

Cet article a été rédigé par

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cet article a été rédigé par

  • Sport du jour

    Mon sport du jour

  • Newsletter
    Abonnez-vous pour être informée des derniers tests, articles, et plus…!.

  • ABONNE TOI

    A la Newsletter pour ne rien rater des derniers tests, articles et conseils!